Salvatore Adamo
JE N'OUVRIRAI QU'AU SOLEIL


L'aube est trop grise à ma fenêtre
Je chasse le jour qui veut naître
Il a la fadeur d'un peut-être
Je n'ouvrirai qu'au soleil

Les arbres nus, au vent, frissonnent
C'est parfois si joli l'automne
Mais moi qui n'attends plus personne
Je n'ouvrirai qu'au soleil

Je n'ouvrirai qu'au soleil
A toi qui me réchaufferas
Je n'ouvrirai qu'au soleil
Mais je t'en prie ne tarde pas

La vie, comme une feuille morte
S'en vient flâner devant ma porte
Le vent la chasse mais qu'importe
Je n'ouvrirai qu'au soleil

Des pas résonnent sur la route
Le temps s'arrête, en vain, j'écoute
Et mon cur bat à la déroute
Je n'ouvrirai qu'au soleil

Je n'ouvrirai qu'au soleil
A toi qui me réchaufferas
Je n'ouvrirai qu'au soleil
Mais je t'en prie ne tarde pas

Je n'ouvrirai qu'au soleil
A toi qui me réchaufferas
Je n'ouvrirai qu'au soleil
Mais je t'en prie ne tarde pas.


À la page des textes de Salvatore Adamo
À la page des textes