Henri Salvador
HÉNIN-LIÉTARD
Paroles: Maurice Teze, musique: Henri Salvador, 1967


Il habitait New York
Et elle Hénin-Liétard
Mais peu importe
A la fin de l'été
Il l'a raccompagné
Jusqu'à sa porte
Et comme elle pleurait
Que lui aussi pleurait
Aux USA il a télégraphié

REFRAIN:
Hénin-Liétard
Ville d'amour ville de rêve
Hénin-Liétard
Département du Pas-de-Calais
Hénin-Liétard
J'ai trouvé la femme de mes rêves
Pardonnez-moi,
Je reste ici
Et bons baisés
Charlie

Quand ils eurent dépensés
Les dollars qu'il avait, rrrra
Pour leur ménage
Afin de subsister
Il alla s'embaucher, rrrra
Aux charbonnages
En pelletant son charbon
Par mille mètres de fond
Il chantonnait
Comme pour s'encourager

Hénin-Liétard
Ville d'amour, ville de lumière
Hénin-Liétard
Département du Pas-de-Calais
Hénin-Liétard
Ah! si papa
Voyait ce que l'amour me fait faire
Il me dirait
Tu es vraiment
Vraiment le roi, Charlie

Hélas il ignorait
Que celle qu'il aimait
Était perverse
Quand il était en bas
Elle le trompait en haut
Et vice verse
Aussitôt qu'il l'apprit
Il en fut refroidi
Et à New York
Télégraphia ceci

Hénin-Liétard
Ville perfide, ville trompeuse
Hénin-Liétard
Le cur meurtrie je reprends l'avion, good bye
Hénin-Liétard
Je laisse tomber cette tombeuse, plouf
Car j'en ai marre
Qu'on me prenne toujours
Pour un pigeon
La da da Charlie


À la page des textes d'Henri Salvador
À la page des textes